MANIERA présente des pièces de mobilier de la célèbre architecte italienne Francesca Torzo

MANIERA présente des pièces de mobilier de la célèbre architecte italienne Francesca Torzo

La galerie bruxelloise MANIERA présente une collection de pièces de mobilier de la célèbre architecte italienne Francesca Torzo (1975, Padoue, vit et travaille à Gênes).

Après avoir collaboré avec Peter Zumthor, Torzo ouvre son propre bureau à Gênes en 2008. En 2018, elle participe à la 16e Biennale d’Architecture de Venise. Son récent projet pour l’extension de la Maison de l’Art actuel, du Design & de l’Architecture Z33 à Hasselt a remporté le Prix International Piranesi en 2018 et le Prix italien d’Architecture en 2020.  

Depuis longtemps déjà, Torzo étudie et analyse les langages de l’architecture, en s’attachant particulièrement aux expériences sur le potentiel des matériaux. Mais c’est la première fois qu’elle s’intéresse aux meubles. À l’invitation de MANIERA, elle a conçu et développé une collection de meubles où elle a poursuivi ce processus d’expérimentation et projeté les matériaux dans une dimension émotionnelle et poétique.  

La collection comporte 10 pièces: 6 meubles (un canapé, une banquette, une chaise, une table, un fauteuil lounge pliant et un porte-manteau), deux objets pour la cuisine (un ouvre-bouteille et un mortier) et deux objets textiles (un kimono et un plaid). Tous ces objets ont en commun une certaine forme d’élégance et de sensualité. Un jeu de lignes fascinant et le recours à des matériaux comme le bois de noyer, le textile, l’acier, le laiton, le cuivre, le basalte, le rotin et le velours de soie produisent des objets à la fois simples et sophistiqués, intemporels et stylés.  

À Torzo, le développement de cette collection a offert une occasion nouvelle de réfléchir à la vie humaine et à la manière dont nous pouvons utiliser les objets et l’espace qui nous entourent et nous les approprier. La collection peut aussi être considérée comme une réflexion sur la conscience, le caractère et le mouvement. Torzo a voulu créer des objets qui suscitent et facilitent ces relations signifiantes entre les êtres humains et leurs univers. 

”Je crois que la réflexion sur les meubles, les objets ou les espaces, c’est du pareil au même, parce que tous sont issus de relations avec d’autres éléments qui déterminent la scénographie de notre vie quotidienne et de notre convivialité. Nous vivons en permanence dans des paysages. Ces paysages sont des scènes pour la vie, comme un spectacle théâtral, et nous amènent à un échange de pensées."
— Francesca Torzo

Francesca Torzo
Gestures
These Are Only Hints And Guesses
MANIERA
20 septembre - 21 novembre
Vernissage: Samedi 19 septembre, 17h– 20h


Francesca Torzo

Francesca Torzo (°1975 à Padoue, Italie) fonde son propre atelier à Gênes en 2008. Elle a fait ses études d’architecture à la TU de Delft, puis à l’ETSAB de Barcelone, à l’AAM de Mendrisio et à l’IUAV de Venise. Elle a travaillé pour Peter Zumthor à Haldenstein et Bosshard Vaquer à Zurich et a enseigné pour l’Atelier Bearth à l’Accademia di Architettura de Mendrisio en Suisse. Depuis 2017, elle est professeur à l’École d’architecture de Bergen en Norvège.  

Torzo a participé à la 16e Biennale d’Architecture de Venise dans le cadre de Freespace, constitué en 2018 par Yvonne Farrell et Shelley McNamara, et a présidé la Fondation Maarten Van Severen à Gand lors de la session 2018-2019. 

Torzo a reçu le prix Moira Gemmill d’architecture émergente en 2020. Son projet pour l’extension de la Maison de l’Art actuel, du Design & de l’Architecture Z33 à Hasselt a remporté le Prix International Piranesi en 2018 et le Prix italien d’Architecture en 2020. 

L’architecture de Torzo combine passion, détermination et volonté inflexible. Son atelier consiste en une petite équipe internationale de jeunes architectes. Leur but est de favoriser le dialogue entre la recherche universitaire et les constructeurs, afin de créer des projets susceptibles d’alimenter la conscience et la curiosité de notre manière de vivre. 

L’atelier s’est placé dans une position de quasi-isolement pour trouver le temps, le calme et la concentration nécessaires à un travail soigné. Tous les projets partent de la compréhension des limites matérielles et du contexte culturel dans lesquels ils s’inscrivent. Il devient alors possible de formuler un récit particulier, en mesure de guider l’ensemble du processus. Cette vision exprimée au début de chaque projet ne se limite cependant pas à une construction invisible de souvenirs, pensées et sentiments, au détriment du concret. En finale, la manifestation physique ultime émane d’une activité récurrente de collecte, de chasse et de différenciation – une pratique qui exige de la patience et une profonde empathie envers la vie humaine et ses contradictions.