La Galerie Barbé-Urbain organise la première exposition solo en galerie d’Adelheid De Witte

La Galerie Barbé-Urbain organise la première exposition solo en galerie d’Adelheid De Witte

En septembre, l’artiste gantoise Adelheid De Witte (°1982, vit et travaille à Gand) expose pour la première fois en solo dans une galerie. À la Galerie gantoise Barbé-Urbain, elle présente, sous le titre 'There are Fireworks at 11pm', une dizaine de tableaux nouveaux, ainsi que quelques installations saisissantes. 

L’œuvre de De Witte peut être considérée comme le prolongement de la tradition surréaliste belge, mais sous un aspect contemporain. Elle utilise des formes et des couleurs insolites pour donner vie à son propre imaginaire, à travers des scènes paysagères abstraites où la lumière joue un rôle crucial. 

Lumière et ombre, joie et morosité, abstraction et figuration, illusion et réalité, nostalgie et actualité… De Witte privilégie les paradoxes. Aux spectateurs, elle ouvre de nouvelles perspectives sur la réalité, à charge pour eux de suppléer le sens. De ce fait, chacun de ses tableaux est comme un enchaînement de différents contextes, approches et significations. Adelheid De Witte en dit elle-même : 

"Le plaisir de créer réside dans la surprise. Quand, à la fin, une œuvre me pose plus de questions qu’elle ne m’apporte de réponses, c’est une des expériences les plus agréables que je connaisse. Il existe peu de choses capables de rivaliser avec ce sentiment. »

De Witte est autodidacte. L’étude approfondie d’œuvres et de méthodes de toutes les périodes et de diverses cultures a une influence déterminante sur sa manière de travailler aujourd’hui. Elle joue avec les points de vue et encourage la coexistence de l’ancien et du nouveau. De plus, elle confère à ses œuvres un caractère inquiétant, voire désorientant. Des objets anciens, comme des métiers à dentelle, servent de point de départ à ses installations, des cerceaux issus de sa propre enfance sont reliés à des tubes en plexiglas et remplis de pigments qui brillent dans le noir. L’objet, détourné de sa fonction initiale, suscite une impression de confusion. Il se passe quelque chose, mais comment savoir quoi ? 

Le titre de l’exposition - 'There are Fireworks at 11pm' – produit le même effet d’aliénation. À première vue,  il évoque une banale annonce sur un prospectus, une banderole ou une affiche dans l’une ou l’autre station balnéaire. Le titre prend la forme d’une communication, mais rien n’indique où, quand ni de quelle manière ce spectacle pyrotechnique va avoir lieu. L’attente du feu d’artifice crée un cadre qui n’en est pas un.  

Adelheid De Witte est née en 1982. Elle travaille à Gand, dans une ancienne école de garçons où Berlinde De Bruyckere et Peter Buggenhout ont également leurs ateliers. Précédemment, De Witte a participé à des expositions collectives comme PASS (2016), le parcours artistique organisé par Kris Martin et Jan Hoet Junior à travers les villages de Huise, Wannegem, Lede et Mullem; Re-ART2 (2017), exposition de groupe à Zaventem, avec Julie Senden comme commissaire; la Biennale de la Peinture (2018) au Musée Dhondt-Dhanens, et récemment l’exposition collective L'Heure Bleue (2020), organisée par les galeries anversoises Sofie Van de Velde et Plus-One.


Adelheid De Witte
There are Fireworks at 11pm
19 september - 25 oktober 2020
Barbé-Urbain Gallery

Ouverture : samedi 19 septembre, de 14h à 18h