KIOSK rend hommage à Philippe Van Snick par une exposition personnelle

KIOSK rend hommage à Philippe Van Snick par une exposition personnelle


KIOSK présente Territorium de Philippe Van Snick (1946-2019), une exposition qui se veut aussi un hommage à l’artiste récemment décédé, dont la contribution à l’évolution de l’art en Belgique a été déterminante. 

En 2018, Van Snick, connu pour son langage formel d’une extrême simplicité, proche du minimalisme, s’est vu décerner par le Ministre de la Culture de l’époque, Sven Gatz, un Ultima – nouveau nom des prix de la Culture flamande – dans la catégorie arts visuels. La même année, il a été chargé de réaliser les œuvres destinées au nouveau bâtiment de la VRT, entreprise avortée après l’annulation par la VRT de son contrat avec l’équipe du projet.Cette exposition découle également d’un projet qui n’a jamais vu le jour. En 2017, Van Snick a été invité, avec quatre autres artistes, à soumettre une proposition pour le pavillon belge à la Biennale de Venise 2017. Bien que celle de Van Snick et Wim Waelput (commissaire et directeur de KIOSK), intitulée Territorium, n’ait finalement pas été retenue, elle est à l’origine de cette exposition. Remarquable synthèse des cinquante ans de pratique artistique de Van Snick, elle réunissait tous les éléments caractéristiques de son œuvre, notamment ses principes chromatiques et formels et son langage visuel abstrait et fortement réduit, dont l’influence sur l’architecture du pavillon était flagrante. 

En dialogue étroit avec l’artiste et sa famille, ainsi qu’avec les étudiants image & installation de KASK/School of Arts Gand et leur professeur Gert Robijns, Wim Waelput a entamé un ‘transfert’ de forme et de contenu vers KIOSK.

À la demande explicite de Van Snick, lui-même diplômé de KASK en 1968 et organisateur de plusieurs expositions avec les étudiants de cette école d’arts, un groupe d’étudiants se chargera de la mise en œuvre finale. Les connaissances accumulées lors des réalisations précédentes, ainsi que les plans détaillés et la maquette laissés par l’artiste, constituent le point de départ de cette initiative, ou servent, selon les propres termes de l’artiste, d’« instructions fallacieuses ».  

L’exposition Territorium est conçue comme une installation totale, qui exploite pleinement les caractéristiques spatiales de KIOSK. Le projet explore les limites matérielles et spatiales de la peinture, la sculpture et l’architecture. La salle d’exposition sera occupée par des sculptures, des tableaux et, sous la coupole centrale, une installation architecturale monumentale. Bien que la construction, intitulée Village, consiste en six modules en bois différents, elle fonctionne comme une seule toile spatiale monumentale, entièrement consacrée aux duos de couleurs en aplats propres à Van Snick. 

L’intervention dans l’espace et l’effet sur l’organisation architecturale de KIOSK confèrent au spectateur, qui doit se frayer un chemin à travers l’œuvre, un rôle central dans la signification de l’exposition. Van Snick invite le visiteur à parcourir ce paysage spatial de forme et de couleur, de tactilité et d’ambiance, et à s’abandonner entièrement à l’expérience. 

KIOSK, pour sa part, invite une série de personnes proches de Philippe Van Snick, ou impliquées dans la réalisation de ce projet, pour une visite guidée, une conférence ou une projection cinématographique. Ainsi l’artiste Heide Hinrichs, le commissaire Wim Waelput et les étudiants concernés sont-ils intégrés dans le programme complémentaire, consultable sur le site web de KIOSK. 


PHILIPPE VAN SNICK
Territorium
15.02.20 – 12.04.20
KIOSK

Vernissage : Vendredi 14 février 2020, 20h

Présentation à la presse et avant-première (sur rendez-vous) : Vendredi 14 février, 14h00 à 20h00 


Philippe Van Snick

Philippe Van Snick (1946 - 2019)  est né en 1946 à Gand, où il a fait ses études à l’Académie Royale des Beaux-Arts (KASK). Il a débuté comme peintre, mais n’a pas tardé à explorer d’autres disciplines, comme le cinéma, la photographie et les installations.Son œuvre se caractérise par un langage formel d’une extrême simplicité, proche du minimalisme. Parmi ses méthodes et principes récurrents figurent le motif du jour et de la nuit, symbolisé par les couleurs bleu clair et noir, et une palette de dix couleurs incluant le rouge, le jaune et le bleu (couleurs primaires), l’orange, le vert et le violet (couleurs secondaires),  l’or et l’argent (couleurs à valeur physique), et le noir et le blanc (non-couleurs). 

Van Snick a vécu et travaillé à Bruxelles, où il a enseigné des années durant à la Haute École Sint-Lukas, l’actuelle LUCA School of Arts. Il a exposé en Belgique et à l’étranger. En 2010, le musée M à Leuven a organisé une grande rétrospective de son œuvre, mais celle-ci est également exposée au MoMA New York. En février 2018, le ministre flamand de la Culture Sven Gatz lui a décerné un Ultima – nouveau nom des Prix de la Culture flamande – dans la catégorie arts visuels. La même année, il a été chargé de réaliser les œuvres destinées au nouveau bâtiment de la VRT, entreprise avortée après l’annulation par la VRT de son contrat avec l’équipe du projet.